Potlatch (1954 - 1957)

by Collectif - présenté par Guy Debord | Other | This book has not been rated.
ISBN: Global Overview for this book
Registered by PhVl of Toulouse, Midi-Pyrénées France on 10/26/2023
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
1 journaler for this copy...
Journal Entry 1 by PhVl from Toulouse, Midi-Pyrénées France on Thursday, October 26, 2023
Ce livre rassemble le contenu des vingt-sept parutions de Potlatch, bulletin d'information de l'internationale lettriste.

Journal Entry 2 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Friday, February 2, 2024
L'impression au bout d'une dizaine de numéros c'est celle d'une successions de notes anecdotiques qui finiront se condenser dans, par exemple, "La société du spectacle", et que quand on a lu celui-ci, on peut peut-être se passer de celles-là.
De plus, le hasard (si c'est vraiment lui, a voulu que je lise ça en parallèle avec "Les caractères" de La Bruyère, et à trois siècles de distance, ce sont deux lectures qui me mettent en butte aux mêmes difficultés, en ceci qu'elles restent deux satires de leur temps, mais d'un temps en somme bien différent du mien, dont elles scrutent à la loupe des aspects qui ne nous concernent plus beaucoup...

Journal Entry 3 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Tuesday, March 19, 2024
Comme ça ne me passionnait pas vraiment, j'ai pris le parti, pour en venir tout de même à bout, de lire un numéro (soit une dizaine de pages) chaque jour. Et à petites doses comme ça, ce n'était pas mal en fin de compte, même si, en ce qui me concerne, ça prête plutôt à sourire : pour l'Internationale Lettriste en effet, le monde se divise en une catégorie (eux-mêmes n'étant pas assez nombreux pour se constituer en catégorie) : celle (au choix et en étant tout cela un peu à la fois, les nuances ne se faisant que dans le dosage des différentes marques d'infâmie) des réactionnaires médiocres social-traîtres limaces intellectuelles serviles cramponnées à leur privilèges usurpés (je résume). Les rédacteurs de Potlatch embrassent ainsi de la même haine Sartre, Breton, Sagan, Camus, Chaplin, l'Abbé Pierre, et surtout leurs anciens camarades dont l'historique des "exclusions" rythme ces publications de Potlatch, bref, tout le monde on vous dit.
Le mieux à faire me semble-t-il pour rendre compte de cette lecture est de recopier ci-dessous certains passages dont j'ai marqué la page, assortis à l'occasion de mes commentaires. On commence avec un extrait de Potlatch N°13, puisqu'avant, comme je l'avais dit, je ne me sentais pas outre mesure concerné ou intéressé, faute peut-être d'avoir trouvé la bonne façon de lire.

Journal Entry 4 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Tuesday, March 19, 2024
"FLIC ET CURE SANS RIDEAU DE FER

Chaplin, en qui nous dénoncions dès la sortie tapageuse de Limelight "l'escroc aux sentiments, le maître chanteur de la souffrance", continue ses bonnes œuvres. On ne s'étonne pas de la voir tomber dans les bras du répugnant abbé Pierre pour lui transmettre l'argent "progressiste" du Prix de la Paix.
Pour tout ce monde le travail est le même : détourner ou endormir les plus pressantes revendications des masses.
La misère entretenue assure ainsi la publicité de toutes les marques : la Chaplin's Metro-Paramount y gagne, et les Bons du Vatican."

(Potlatch 13, 23 octobre 1954)

Personnellement, je suis toujours rassuré de lire des choses avec lesquelles je suis en désaccord, ça me permet de penser que je ne suis pas complètement enfermé dans un univers intellectuel donné...

Journal Entry 5 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Thursday, April 4, 2024
Une page perecquienne avant l'heure et qui me conforte dans mon idée que l'impact des textes situationnistes est en grande partie d'ordre poétique :

"LE SQUARE DES MISSIONS ÉTRANGÈRES

À la limite des sixième et septième arrondissements, ce square cerné à très courte distance par la rue de Babylone et le boulevard Raspail, reste d’un accès difficile et se trouve généralement désert. Sa surface est assez étendue pour celle d’un square parisien. Sa végétation à peu près nulle. Une fois entré, on s’aperçoit qu’il affecte la forme d’une fourche.
La branche la plus courte s’enfonce entre des murs noirs, de plus de dix mètres de haut, et l’envers de grandes maisons. À cet endroit une cour privée en rend la limite difficilement discernable. L’autre branche est surplombée sur sa gauche par les mêmes murs de pierre et bordée à droite de façades de belle apparence, celles de la rue de Commaille, extrêmement peu fréquentée. À la pointe de cette dernière branche on arrive à la rue du Bac, beaucoup plus active.
Toutefois le square des Missions étrangères se trouve isolé de cette rue par un curieux terrain vague que des haies très épaisses séparent du square proprement dit. Dans ce square vague, fermé de toutes parts, et dont le seul emploi semble être de créer une distance entre le square et les passants de la rue du Bac, s’élève à deux mètres un buste de Chateaubriand en forme de dieu Terme, dominant un sol de mâchefer.
La seule porte du square est à la pointe de la fourche, à l’extrémité de la rue de Commaille.
Le seul monument du lieu contribue encore à fermer la vue et à interdire l’accès du square vague. C’est un kiosque d’une grande dignité qui tend à donner toutes les impressions d’un quai de gare et d’un apparat médiéval.
Le square des Missions étrangères peut servir à recevoir des amis venant de très loin, à être pris d’assaut la nuit, et à diverses autres fins psychogéographiques.

MICHÈLE BERNSTEIN"

(Potlatch 16, 26 janvier 1955)

Journal Entry 6 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Sunday, April 7, 2024
« APOTHÉOSE D'UN VEAU

Le rôle de l'avant-garde en Espagne se trouve être, plus que partout ailleurs, dans la dépréciation des valeurs idéologiues officielles. M. Claudio Colomer Marqués, à qui « l'intellectualisation de certains secteurs de la jeunesse espagnole apparaît comme un fait anachronique et dénué de sens », explique logiquement ce péril dans l'hhebdomadaire El Español :

« Dans l'ordre social, toute pensée mue par le stimulant de l'originalité est funeste et subversive... l'intellectuel est un individu qui change l'ordre naturel et logique des attirances de l'intelligence... Nous croyons que l'Espagne a besoin, comme les plusimportants pays du monde, d'une jeunesse intelligente, active, professionnelle et sportive. »

[...] »

(Potlatch 18, 23 mars 1955)

Pour recadrer et les choses et ne pas se tromper d'ennemi au fil de ces pages où l'on trouve parfois à redire à la prose lettriste pré-situationniste.

Journal Entry 7 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Sunday, April 14, 2024
Plus tard en 1955, ces marques d'un sectarisme de plus en plus assumé :

"LA GLOIRE ET LE BAVEUX

[...]

Nous tenons la très grande majorité des "œuvres" qui paraissent actuellement en France pour effectivement asse "honteuses". Nous n'avons aucune relation avec les gens qui ne pensent pas comme nous.

[...] "

(Potlatch 21, 30 juin 1955)

Puis dans le numéro 22, du 9 septembre 1955, ce passage du long article en 6 parties, intitulé "POURQUOI LE LETTRISME ?" et aux allures d'exposé théorique et de point d'étape :

"Puisque nous traitons ce sujet, autant préciser une attitude que certaines personnes, parmi les moins infréquentables, ont tendance à nous reprocher : l'exclusion de pas mal de participants de l'Internationale lettriste, et l'allure systématique prise par ce genre de pénalité.

En fait, nous trouvant amenés à prendre position sur à peu près tous les aspects de l'existence qui se propose à nous, nous tenons pour précieux l'accord avec quelques-uns sur l'ensemble de ces prises de position, comme sur certaines directions de recherche. Tout autre mode de l'amitié, des relations mondaines ou même des rapports de politesse nous indiffère ou nous dégoûte. Les manquements objectifs à ce genre d'accord ne peuvent être sanctionnés que par la rupture. Il vaut mieux changer d'amis que d'idées."

Journal Entry 8 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Tuesday, April 16, 2024
« LA MAISON À FAIRE PEUR

Une réunion lettriste en date du 20 septembre a décidé d'établir par plans et maquettes le modèle d'une « maison à faire peur ». Le thème de cet exercice souligne suffisamment qu'il ne s'agit pas d'aboutir à une quelconque harmonie visuelle. Il est à noter cependant que si cette maison est étudiée volontairement en fonction d'un sentiment simple, sa conception devra tenir compte des nuances affectives convenant aux multiples situations (en italiques) qui peuvent réclamer un cadre effrayant. »

Soit l'apparition, dans Potlatch numéro 23, du 13 octobre 1955, de cette notion de situation destinée à faire florès. Et à la toute fin du même numéro, cet entrefilet plein de lucidité, à la lumière de ce qui devait se produire en 1958 et 1961 à Alger :

"LE DERNIER DES SONDAGES D'OPINION EN VOGUE

QUE FEREZ-VOUS si des éléments militaires d'extrême droite se risquent à un coup d'Etat, dont les difficultés grandissantes du colonialisme français créent depuis peu les conditions favorables ?"

Journal Entry 9 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Thursday, April 18, 2024
"DECORATION

Projet de J. Fillon pour l'aménagement d'une salle de réception : les trois quarts de la salle, constituant la partie que l'on traverse en entrant par la seule porte du lieu, sont meublés élégamment et n'ont aucune destination précise. Au fond de la salle se dresse une barricade, qui en délimite la partie ultime, égale au quart de la superficie totale. Cette barricade est on ne peut plus réelle, constituée de pavés, sacs de sable, tonneaux et autres objets consacrés par l'usage. Elle s'élève à peu près à hauteur d'homme, avec quelques points culminants et quelques brèches ébauchées. Plusieurs fusils chargés peuvent être posés dessus. Une étroite chicane livre accès à la partie utile de la pièce, également meublée avec goût, où tout est disposé pour recevoir agréablement les amis et connaissances.

Cette salle de réception, qui implique évidemment un éclairage et un fond sonore appropriés, peut servir à varier l'ordonnance d'une maison banale, et n'y introduire qu'un pittoresque superficiel. Mais sa vraie destination est de s'intégrer dans un complexe architectural étendu, où apparaît pleinement sa valeur déterminante pour la construction d'une : situation."

(Potlatch 24, 24 novembre 1955)

Journal Entry 10 by PhVl at Toulouse, Midi-Pyrénées France on Friday, April 19, 2024
"Proposition d'Asger Jorn : pour accélérer lucidement ce processus de décomposition, la Comédie-Française se doit de jouer les classiques (et, à son défaut, un quelconque théâtre de la Huchette, hospitalier aux petits inventeurs, pourrait y gagner de l'estime) sous l'empire de drogues appropriées et annoncées sur les affiches et programmes. Une grande variété d'interprétations de la même pièce est garantie selon que la troupe sera tout entière sous l'effet de l'opium ou de l'héroïne ; pour le lendemain goûter du haschich, ou même de stupéfiants aussi diversifiés qu'il y a d'acteurs. Régal pour le lettré et assurance d'un stable public de drogués, qui contribuera à remédier à la crise financière de notre théâtre.

Au cas où l'on aurait le courage d'en venir promptement à ces extrémités, les lettristes s'engagent à assister aux spectacles en état d'ivresse manifeste, à la suite de l'absorption de rhum, vodka, vin rouge ou d'un autre breuvage choisi par le régisseur en harmonie avec ses propres tentatives."

(Potlatch 26, 7 mai 1956)

Soixante-huit ans plus tard, le monde, hélas, attend toujours ce possible lot de consolation au Grand Soir Situationniste...


Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.